Un espèce de remède vieux comme Asclépios

La seule vengeance que je puisse contre cette situation où, d’une part je goûte l’amère déception d’un rêve abîmé, une aile brisée, et de l’autre ressens-je le froid du glaive acéré qui, dans mon ventricule meurtri se fiche sans pitié, lames des sentiments brûlants nourris à même mon essence; le seul talion qui me semble possible contre ces revers de la vie est, sans doute aucun, la création à coeur ouvert. Trouver refuge dans la fantaisie d’une autre réalité le temps que la mienne soit réhabilitée.

2016 est incontestablement une année étrange.

 

 

Commentaires fermés sur Un espèce de remède vieux comme Asclépios Posted in Ces nuits d'insomnie

Comité d’aurevoir!

DSCI1303

Autour du kilomètre 150, le matin du 29 juillet 2016, vers 3 heures, je me réveille en sursaut : un hurlement à glacer le sang retentit à quelques dizaines de mètre, au bout de la plage où nous campions. Un éclaireur a détecté notre présence et semblait ne pas apprécier.

 

Je fais mine de rien, puisqu’il est seul, mais le matin venu, j’en avise la personne avec qui je faisais cette expédition et lui rappelant que je lui avait signifier la veille, soit que je me sentais observée, d’en direction du boisé, derrière le campement.

 

Vers 11 h 30, voici à quoi nous avons droit.

 

Je ne comprends toujours pas leur comportement, puisque les loups se font usuellement discret autour des humains; ils ne nous aiment pas et nous craignent autant que nous nous les craignons et il est clair que nous faisions suffisamment de bruit pour qu’ils sachent que nous étions présents. Rappelons-nous de l’éclaireur qu’il les en avait informés.

 

Cet événement restera à jamais graver dans ma mémoire d’aventurière. 😉

DSCI1303

Commentaires fermés sur Comité d’aurevoir! Posted in Politique

Embâcle? Pont!

castor_00

Dans ces coins les plus reculés du monde, les pires obstacles ne sont souvent pas le ours ou autres espèces constituant la faune locale, les roches en pleine face, à vive allure, le portage risqué sur pente glissante, ou bien une pluie incessante lors d’une expédition en milieu humide et sablonneux. À mon sens, ce qui me semble le plus difficile, c’est d’être confrontée à un embâcle de questions intrinsèques, comme des barrages érigés par ces castoridés, ingénieurs de toutes cette complexité humaine et toutes ces complications qui la ponctuent.

Il nous incombe alors à chacun(e) de trouver la force de travail et les outils intérieurs afin de réagréer la matière même des ce questionnement pour ainsi construire les ponts qui enjamberont nos difficultés.

Nous sommes à la recherche constante de nous-mêmes et c’est souvent perdus dans les canevas les plus sauvages que nous finissons par dépeindre,loin, à l’abris de l’influence et de l’opinion de tous, toutes et aucun(e), en pleine autodétermination, notre propre vérité…

…et elle prend souvent la forme d’un chemin à suivre.