L’autodérmination : l’unique voie vers le bien être réel

À la suite d’une rupture ou la fin d’un emploi, il est toujours difficile de retrouver confiance en ses propres capacités à gérer sa vie correctement. Il est donc d’autant plus important de balancer entre les conseils et commentaires que l’on nous donne et l’autodétermination afin d’éviter le bourrage de crâne, ou, d’un autre côté, de perpétuer les mêmes erreurs.

En effet, il est très complexe de déterminer où commence la réalité des uns et où finit celle des autres, mais le meilleur indicateur quant à savoir si la bonne décision a été prise, à l’instar de déterminer si une situation vous convient, il s’agit de constater les changements de votre humeur, au quotidien.

L’année 2015 est, jusqu’à aujourd’hui, l’une des moins bipolaires à travers lesquelles j’ai du passer, dans la dernière décennies; de l’extrême confusion à la certitude totale,je suis passée à travers toutes les zones grises du questionnement, j’ai conclu tout récemment que la meilleure façon de se sentir bien avec soi-même, est d’écouter ses instincts et de ne pas se contenter du minimum.

S’il faut s’ouvrir aux autres, nous avons toutes et tous droit et le devoir de se faire respecter. Si une personne ou un emploi ne met pas les mêmes efforts, et ce, dans le même sens, dans la relation, celle-ci est clairement vouer à l’échec si, après discussion, la largeur gouffre séparant les valeurs et les visions est trop importante. Dans ces conditions, un des meilleurs moyens de remédier à la situation est de crever l’abcès, entre d’autres termes le « ça passe ou ça casse », et, dans le cas où ça casse, continuez, marchez sans regarder à l’arrière, car les regrets sont le curare de la conscience humaine, une seule pointe, une quantité dérisoire pourra réellement vous empêcher de jouir d’une vie créative et saine.

Il n’est pas normal d’être quotidiennement déçue de notre situation, au point où on constate une détérioration de sa santé physique et mentale. Constamment avoir le coeur qui débat ou avoir mal au ventre de peur d’être déçue ou contrarié, c’est un très bon indicateur.

La prochaine fois que vous constatez chez l’autre les mêmes comportements, n’attendez pas que votre qualité de vie en subisse les conséquences, mettez fin à relation ou à l’emploi si vous constater que la situation se reproduit après avoir émis vos commentaires; la clé est de limiter les dégâts.

Depuis que cette barrière mentale a été dynamitée, une digue d’inspiration a céder, dans la foulée ce qui a pour résultat que je me retrouve en processus créatif en permanence, tous les jours depuis cette constatation, que je sois en train de manger ou d’échanger avec mes collègues ou mes proches, j’imbibe les éléments d’inspiration à travers toute situation et j’ai enfin retrouver mes ambitions oubliées depuis bien trop longtemps, mais aussi ma confiance en moi,en ma valeur, en mes moyens, en mes valeurs, et indubitablement en mes désires.