Core

I’m not afraid to die. It’s not that I care much about eternal life, in fact, I give zero fuck about eternal life. I just lost the count of all the times I word-punched them in the face, tied up in the knots of their repression, that they couldn’t kill me that easily…

There is a theory that suggests that all of us were born with a unique core that is untouchable, lying underneath a multitude of layers of our personality, that we are not the same as we were a priori, let’s say at birth, and we developed, over time, those different aspects of ourselves that will moult later on as we gain life experience (Fun fact : « moult » in French means « many », but this is just my neurodivergent mind being lost in abstraction, building bridges between two languages. Maybe it’s time I have this freaking ADD taken care of; together with autism: I’m chaos).

The theory suggests that our essence varies accordingly to social filters and factors of every one that cross our path, including all those versions of ourselves, but that there would also be a part of us, our core, our nucleus, that can’t be touched either by positive or negative experiences, nor neutral changes; a core, a matrix, including a myriad of genetic factors that presets all our reactions and who we are would not be but the result of a complex algorithm. This very nature of the brain is called neuroplasticity, and the processus of its transformation, the neurogenesis. In short, according to this scientifically proven theory, we could be some sort of machines that can be formatted down to our core, or restored to a previous version of ourselves.

I believe I’m in one of this backtracking process, right now; that I make, for the sake of my own survival and happiness, the way back to the one I was before all those damages that occurred in the past decade or so (let’s not set the goals too high; aren’t we all ill-functioning time machines, limited by our own capacity to go backward, even on our own timeline?).

Domestic violence, sexual agressions, intimidation, state violence (police brutality), economical violence, own self destructive behaviour in reaction to external violence, name it, were all contributing factors to my several PTS’, deep depression, and lack of confidence in myself (and other people) that, together with autism, lead me to be in a constant state of reaction to external factors. Also, people who know me are well aware that 2017 was not but a fucking Hell. Amongst other things, I lost my grandmother, on July 3 and my uncle, who was like a second father to me, on August 8. I ended my dysfunctional relationship and lost my job, during Fall to be involved in a very toxic and abusive relationship in Winter, all awhile four people from my surrounding confessed their suicidal tendencies which was an additional charge on my already over loaded shoulders.

But enough of this moping! I recently reached the point where I can’t allow myself to be dragged down to the pitfall of circumstances anymore. I’m so fed up of all the bullshit that, the more I write this blog, the more I see its irrelevance. It makes me feel like opening my fucking front door and start running aimlessly like a psycho animal lost in the dead-end streets of its own purposes, setting shit on fire on its way just for the fuck of it. But that would be the easy way out, wouldn’t it be? The illusory feeling to be in control provided by the destruction of things. The truth is that I am actually lead by my fucking indestructible survival instincts. I always spring back up on my feet no matter how hard people or circumstances try to finish me up. I’m in a raging need of reanimating this fucking living dead corps that is my existence! I want to write my goddamn books, cross the path of that male version of me that will make fucking shiny stars dance before my eyes all awhile our bodies fuse, the time of an atomic orgasme, in that one little nucleus triggering an explosion that would blow our both minds every single day, for the rest of our life. No matter what they say, no matter what and who we are, no matter WTF they think you are, no matter what you’ve done (I know your core, I know what lies underneath it all and I fucking love what I see!) I would bring it into life and teach it how to survive this goddamn broken world. No matter what they fucking say, I would fight by your side and watch your back, ALWAYS, because this is who I am, and I was trained to combat.

Today, with the return of nice weather, was the go back to running outside day and it reminded how much I enjoy that fine line between pleasure and pain. It was strange though, there is so many changes operating in me lately, that people were saying hello to me on the bike path. This is not what I am accustomed to. Usually people think I’m a weirdo and avoid looking at me. Yesterday, I went to the art and handcraft store that use to be owned by my former father-in-law to buy specific material for jewellery design, first, he didn’t even recognize me. He then said something has deeply changed in me, that I looked fine and at peace, a powerful kind of different. He was half right, huh? I am more like bursting with energy. I’m inspired by light, darkness, chaos and catastrophe. By an outstanding and chaotic man with his music. Sometimes, when I let myself plunge into his art, I feel like my soul is merging with his own into something whole clair-obscur and beautiful. The contact of his core against mine turns me on and burst with inspiration pushing my creative moments to the edge of sweet folly, stories pop up inside my head. He always reminded me my strength, even as a young teenager. I grew up with his influence and probably survived because of it and still do, especially lately. I understand his approach, the message he is trying to send the world and it restores a bit of my  faith in humanity. It’s not about a notoriety, nor materialistic needs, call me a derailed romantic psycho if there lies all your ambition, I give zero fuck about the opinion of people who have given up on raw life to the profit of a judgmental pragmatism and to a fucking 9 to 5 master, but it’s about love and feeling whole.

For B.

 

Fireproof (translation of French poem « Ignifuges »)

To the ones that grieve : this world needs you more than ever. 

I resist to the dark rising  tide
Hit hard by the surf
I struggle
The sea burns and arises in a tsunami of flames
About to crush my willpower
Seamark that was meant to be your references in the storm
The wavelets lick my wounds
Before retiring to the open sea
Presage of a possible retribution
Of which alone Poseidon possesses the gift and understanding
Salt workers harass my eyelids
Down in cascades to my words
Straight out the tarred lexicon of bitterness
To flee, to seek refuge
Sheltered behind the fireproof rocks
My immersion will set this bleeding world ablaze
While it gives way to emptiness
From the cénotes to the Mariana
The circumstances arm themselves to the teeth
All of us take willi-nilly
The waterways that lead us indubitably to the reef
Common punishment
Filling the fault
Separating our realities
Our failure
I would rather take the groundswell between the shoulder blades
Rather than in my ventricule
The blood stained sand
Washed of my troubles
I would leave
Carried by the waves of anonymity
In hope that one day
Adrift offshore
I will reach your coast
And there, through the inlet of our creation
By the fusion of us two
We would reunite our languages

In memoriam Gérard Maheu 12 février 1957- 8 août 2017

Afin de fuir ne serait-ce qu’un moment la souffrance qu’infligeait ta propre douleur, il suffisait de détourner le regard vers la fenêtre du 7e étage pour saisir une vue imprenable sur la ville qui paraissait minuscule, vue de là-haut. Vaquant à leurs occupations quotidiennes, les occupants de la cité ignoraient tout du drame qui se déroulait dans ta modeste chambre d’hôpital; la distance qui nous séparait d’eux, autant physique d’autrement, était la preuve que la souffrance d’un homme est très peu de chose, en ce monde.

Mais de quel monde parlons-nous? Le nôtre s’écroulait un peu, sous le poids de la peine et de l’impuissance.

Mon oncle Gérard, notre monde, tu as participé à en établir ses fondements, tu en as toujours fait partie, toute notre vie. Tu n’avais pas d’enfant, c’est un fait, mais tu nous as tous pris sous ton aile, comme si nous étions les tiens. Tu étais comme un second père pour nous. Tu nous as fait rire et tu nous as soutenus dans la traversée tumultueuse de nos grands obstacles. Tu nous a tous acceptés tels quel, sans jamais avoir tenté de changer qui nous étions. Jamais tu n’as émis un quelconque jugement sur nos choix, peu t’importait qu’ils fussent médiocres, ordinaires, ou les pires. Nous restions tes nièces, tes neveux, les tiens.Tu étais là depuis le début, tu nous as adoptés sur le champ. Tu nous as pris dans tes bras alors que nous vivons les premières heures de nos vies et aujourd’hui, nous pleurons la fin de la tienne qui a été trop courte à notre goût; tu n’aurais pas dû partir si tôt. Ce monde, il pourrait nous paraître injuste si nous n’avions pas eu la chance d’être si bien entourés. S’il ne nous laissait pas autant de bons souvenirs.

Nous nous gardons toujours en mémoire cette fois, quand nous étions petites, toi et ma tante étiez venus nous rendre visite, en apportant avec vous une surprise; vous nous aviez acheté, à Patricia et à moi, chacun petit vélo bleu avec les petites roues à l’arrière. Tu étais le parrain de ma sœur, mais tu ne m’as jamais laissée pour compte.

Nous n’oublierons jamais les promenades sur tes épaules, lors d’un voyage, à Niagara Falls. Te souviens-tu de l’odeur d’humidité, particulière aux chutes?

Et de ces nombreuses fois où nous allions passer la nuit chez vous ou de ses lendemains matin aux œufs frais, achetés à la ferme à côté?

Michel, Vanessa et Mathieu me racontaient qu’au camping, le matin, ils aboutissaient dans votre roulotte pour quémander des crêpes.

Il y avait aussi les soirées avec ta disco mobile au camping, dans les partys de famille, les épluchettes dans le garage.

Vanessa est toujours émue de la fois où tu lui as apporté un micro onde neuf pour lui donner un coup de pouce, lorsqu’elle en avait le plus besoin.

Donald Jr, lui, gardera probablement de vifs souvenirs de vos balades dans les pits de sable.

Mais surtout, ce qui restera à jamais gravé dans notre mémoire c’est, qu’une fois par année, tu devenais une sorte de héro pour nous. En revêtant ton fameux costume, celui de Père Noël, tu meublais les fêtes de notre bien modeste enfance de merveilleux et d’imagination.

Bon, il y a aussi d’autres fois où tu te cachais derrière un masque de gorille assez réaliste pour essayer de nous faire peur. Ça nous faisait pas mal plus rire qu’autre chose.

Pour toutes ces raisons et celles que nous ne mentionnons pas, tu resteras à jamais à nos côtés, quelques part, dans nos cœurs, dans la mémoire de ta famille.
Ta fiole, tes neuves et nièces, Donald, Karen, Patricia, Michel, Vanessa, Mathieu

Mais aussi ta petite-nièce et ton petit-neveu, Lily-Rose et Tommy

In memoriam Jeannette Joly 7 juin 1933-3 juillet 2017

Il y a quelques jours, nous apprenions ton départ. Une mauvaise surprise que nous peinons toujours à réaliser, car une partie de nous, probablement les enfants devenus grands, voulait croire que tu serais toujours à nos côtés, jusqu’à la toute fin, que tu serais éternelle.

C’est vrai que tu comptais pour nous tous, que nous t’aimions plus les uns que les autres, mais force est d’admettre que chacun de nous t’avons connue à notre manière; pour les uns tu es Ma Grand-Mère, pour les autres Mémère ou Mémé. Pourtant, nous sommes d’accord pour dire que tu étais une grand-mère aimante, avec de l’énergie à revendre. Le genre de grand-mère qui aimait rire et faire rire. Tu étais celle qui, dans les partys de famille, après un verre de vin (OU DEUX), se mettait à danser; en tapant des mains, tu mettais le party dans la place.

Ça nous rappelle toutes ces fois où tu nous recevais à souper, étant plus jeunes; et que nous n’avions pas fini de mastiquer notre première bouchée de jambon que tu nous en offrais davantage. Parce que c’était dans ta nature d’être généreuse et bienveillante envers les tiens, surtout nous, tes petits-enfants. Petits-enfants qui, nous devons bien l’admettre, n’étaient pas toujours ben ben sages. Tu te souviendrais sûrement des nombreuses fois où tu nous gardais et que nous faisons les cent et un coups. L’Univers lui-même sait de quelle patience tu as du t’armer pour tenir en place les « petits polissons » que nous étions. Juste pour ça, le bon Dieu devrait t’offrir une place à sa table, en-haut.

Mais trêve de plaisanterie, nous étions toujours contents quand tu venais de « L’autre bord » pour nous visiter. Aujourd’hui, ça serait le fun que tu reprennes tes vielles habitudes, comme dans le temps. Aweille, s’il te plait! Laisse faire le hockey et vient faire un tour!

On dit que, sans nécessairement s’en rendre compte, nous influençons les gens qui nous entourent. Nous aimerions te dire que, si nous avons tous ces fortes personnalités, c’est en partie à toi que nous la devons. Sache, aujourd’hui que tu nous as appris à faire face à l’adversité et tous les revers de la vie avec résilience et désinvolture (et qui sait que tu en connus, un peu trop, peut-être). Tu nous as prouvé à tous, qu’une personne, sous ses airs à priori fragiles, pouvait encaisser les difficultés qui aiment parfois nous barrer la route et à leur rire au nez, en tenant bon à la vie. Tu as tenu bon, jusqu’à la fin. Quoique, finalement, à nous entendre parler, à nous voir aller, dans cette course folle qu’est la vie, en tenant très serré ce seul héritage qui vaille vraiment, tous pourraient croire que tu es véritablement éternelle.

Nous te souhaitons bon voyage.

Tes petits enfants :
Gars, Sifine, Papat, Trésor, Cocotte et Moineau

Lettre à coeur ouvert à nos morceaux imaginaires

Allô!

Je ne te demanderai pas comment tu vas, car je peux le deviner à cet air absent qui ponctue usuellement ces moments d’impermanance de soi qui t’affligent coeur, âme et vie. Ceux-là où je ressens, jusqu’en mon sein, ta détresse; elle émane de tout ton être à en suiter sur les murs de notre prison de chair.

Avant de poursuivre, j’aimerais que tu saches que l’envie de prendre la plume s’impose à ma volonté; ces temps derniers, la voix me manque, se perd-elle dans les dédales de cet implacable sentiment d’impuissance qui terrasse tant mes jours.

Vois-tu, Amour, l’idée de fragmentation de nos êtres semble brouiller le canvas de façon insidieuse et intempestive. Pourtant, plus je tends à te connaitre, plus de l’image d’une personne entière, intègre et complexe se peint d’elle-même au milieu de mon décore ravagé par les intempéries rendant caduc le concept même de morceaux épars et incohérants; toi et moi savons que ce monde ne tient plus qu’à un fil.

Devines-tu où je veux en venir?

À cette envie irrépressible de paix, le temps de lécher et cacheter les plaies de nos enveloppes contenant les miettes de ces êtres messages que nous sommes et de les expédier vers le meilleur de leur répartition. Car, quand on y pense bien, l’insomnie n’est pas la fin du monde si on peut vivre un cauchemar éveillé.

Je parle bien sûr de ce désire impératif d’abandonner le monde à notre tour pour lui rappler que la levée du jour n’est que phénomène, qu’elle n’en est rien sans la vision poétique de ses témoins; la réalité nous rappelle plutôt l’évolution de notre vesseau, Terre mère, autour de la lumière incandescente de l’astre, calibrée par nos écrans DEL. En attendant, le sentiment que les hivers s’accumule sur nos desseins simule une sédimentation traitresse; souvenons-nous que l’équinoxe suivra et que sous nos pieds gelés, le noyau de volonté brûle toujours.

J’étouffe, mon regard s’accroche aux branches des arbres au loin et aux brindilles en bordure de notre route alors que la civilisation tend ses pièges spectraux et donne à chaque jour le pouvoir de m’infliger l’envie de ma laver de la boue du champ de combat pour m’emplir les mains de terreau où faire pousser notre relève. Partir, ne serait-ce qu’un temps, s’éloigner du vacarme pour retrouver le ton notre voix respective.

Mon être est en mal d’organique. Sous le toit des arbres dénudés, t’étenderas-tu dans la neige, à mes côtés? Comtempleras-tu, à travers les larmes, la demeure indigo nos astres parents? Le core réchauffé par la flamme iconique de nos ébats, accepteras-tu de partager le fardeau de ton affliction? Nos maux sont ces frères battant nos âmes soeurs. La prophylaxie ne peut être autre que leur emprisonnment vers l’exécution.

 

Réparation des épars

Je ressens l’impression d’un cœur gelé par le retour du froid.

Mon corps, lui, est engourdi, terrassé de douleur.

Le matin ne laisse aucune place à la lumière, je suis perdue, suspendue dans le néant ou dans le blizzard, sans fil d’Ariane pour le retour vers la chaleur des couvertures.

Jamais ne fut-ce davantage la peur de la distance physique que celle de la mort de la symbiose dans la quasi permanence de notre mal.

Cachetons donc les plaies de nos enveloppes contenant les miettes de ces êtres messages que nous sommes, expédiés vers le meilleur de leur répartition.

Car, quand on y pense bien, l’insomnie n’est pas la fin du monde si on peut vivre un cauchemar éveillé.

Ignifuges

Je résiste à la marée noire montante
Frappée de plein fouet par le ressac
Je lutte
La mer brûle et s’élève en un tsunami de flammes
Prête à choire sur ma volonté
Amer qui, dans la tempête, se voulait ton repère
Les vaguelettes lèchent mes plaies à vif
Avant de se retirer vers le large
Présage de possible rétribution
Dont seul Poséidon possède le don et l’entendement
Des paludiers harcèlent mes paupières
En cascades jusqu’à mes mots
Pour qui l’amère s’improvise lexique
Fuir, se réfugier
À l’abri de rochers ignifuges
Mon immersion mettra ce monde à feu et à sang
Le temps de faire place à la vacuité
Des cenotés aux Mariannes
Les circonstances s’arment jusqu’aux dents
Nous empreuntons toustes
Bon gré malgré
Ces cannaux qui nous mènent indubitablement à l’écueil
Peine commune
Emplissant la faille
Qui sépare nos réalités
Notre échec
Je prendrai la lame de fond entre les épaules
Plutôt qu’en plein ventricule
La plage maculée
Sera lavée de mes maux
Et je quitterai
Portée par ces vagues non identitaires
Au large, à la dérive
Espérant un jour joindre tes côtes
Dès lors par l’enture de nos créations
Par la fusion de nos êtres
Nous rallierions nos langages

Un espèce de remède vieux comme Asclépios

La seule vengeance que je puisse contre cette situation où, d’une part je goûte l’amère déception d’un rêve abîmé, une aile brisée, et de l’autre ressens-je le froid du glaive acéré qui, dans mon ventricule meurtri se fiche sans pitié, lames des sentiments brûlants nourris à même mon essence; le seul talion qui me semble possible contre ces revers de la vie est, sans doute aucun, la création à coeur ouvert. Trouver refuge dans la fantaisie d’une autre réalité le temps que la mienne soit réhabilitée.

2016 est incontestablement une année étrange.

 

 

Commentaires fermés sur Un espèce de remède vieux comme Asclépios Posted in Ces nuits d'insomnie